05 October 2020

39e Rencontre de la FNAU - De l'Audace pour nos territoires

L’Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole a accueilli les 7, 8 et 9 novembre derniers la 39e Rencontre des agences d’urbanisme. Co-organisée avec l’Agence d’urbanisme et de développement Flandre-Dunkerque et la Fédération nationale des agences d’urbanisme, cette rencontre fût un réel succès avec la présence de près de 950 participants issus des collectivités locales, de l’Etat, des agences d’urbanisme et du monde universitaire et professionnel.

Ces trois jours d’échanges, de débats et de travail ont démontré le rôle déterminant des agences d’urbanisme à être l’un des moteurs de l’innovation et à éclairer les politiques publiques sur les choix à opérer.

05 October 2020

L’Europe par les territoires

Montée en puissance des populismes, des inégalités, des mouvements migratoires et des enjeux climatiques – autant de défis qui mettent à mal l’Union européenne et participent au désenchantement dont elle est l’objet. L’Europe n’a dès lors d’autre choix que de mettre au point une politique coordonnée et cohérente – une politique qui donne au mot cohésion toute sa pertinence.

05 October 2020

Traits d’agences n°34. Le renouveau des gares et de leurs quartiers

Les quartiers de gare recèlent de multiples enjeux urbanistiques. S’il s’agit de lieux à fort potentiel de développement territorial, il n’est pas rare, pour ne pas dire assez commun, de trouver en France des quartiers de gares déqualifiés, peu attractifs, concentrant divers maux urbains.

On observe depuis plusieurs années une réelle volonté des pouvoirs publics de reprendre en main le sujet des gares et de leurs quartiers attenants, comme l’illustre le rapport de Fabienne Keller, La gare contemporaine, remis en mars 2009 au Premier ministre François Fillon.

Les quartiers de gare sont des leviers de renouveau territorial. Concentrant des flux importants et souvent situés en centre-ville, ils disposent de nombreux atouts pour être des espaces dynamiques, attractifs, vecteurs de valorisation de la ville. Ainsi, dans le contexte du programme Action Cœur de Ville, de nombreuses villes moyennes s’investissent également sur la question de la réhabilitation de leurs quartiers de gare situés dans les espaces centraux.

Des concepts tels que la multifonctionnalité, l’intermodalité, l’intensité urbaine ou encore le commerce efficient sont autant de facteurs qui permettent de donner aux populations l’envie de résider et de vivre au quotidien dans ces quartiers.

Enfin, la nécessité de réaliser la transition écologique implique le fait de devoir repenser les politiques de transports et les offres de mobilités. La Loi d’orientation des mobilités (LOM) insiste en ce sens sur l’importance des mobilités du quotidien et de la prise en compte des enjeux environnementaux. Ainsi, les quartiers de gares font figure de localités stratégiques pour proposer et organiser un réseau multimodal, laissant la part belle aux mobilités douces, partagées ou peu émettrices de gaz à effet de serre.

Ce dossier de Traits d’agences vise à mettre en valeur les actions des agences d’urbanisme concernant les quartiers de gares, celles-ci disposant d’un véritable savoir-faire en la matière. En effet, leur capacité à agir tant sur les sujets de transports que d’espace public ou encore de logement, leur octroie une expertise toute singulière. Qu’il s’agisse de replacer la gare dans un véritable projet urbain de quartier, d’agir sur les nouvelles offres que peuvent proposer les gares ou encore d’organiser des méthodes d’observation et des systèmes de gouvernance, les agences d’urbanisme agissent et innovent de manière concrète dans le renouveau des quartiers de gare

Une sélection bibliographique est associée à ce Traits d’agences. Elle brosse un portrait des travaux des agences d’urbanisme dans ces domaines.

05 October 2020

Avis Fnau n°9 – Zéro artificialisation nette, une équation complexe pour les politiques publiques

ssu de la « Feuille de route pour une Europe efficace dans l’utilisation des ressources » de la Commission européenne, l’objectif de zéro artificialisation nette (ZAN) a été mis à l’agenda politique gouvernemental en France dans le cadre du plan biodiversité et a été inscrit dans des programmes politiques pour les élections municipales et régionales. Il représente une équation complexe pour les politiques publiques.

Pour dépasser les défis que suscitent l’objectif ZAN, les réponses devront être multifactorielles, multi-acteurs, transversales, de long terme et appelleront autant d’arbitrages courageux que de solutions originales. Pour éviter de cristalliser le débat sur une approche exclusivement coercitive, il apparaît nécessaire de questionner les finalités, la gouvernance, les différents leviers mobilisables, mais aussi de faire évoluer les modèles économiques et les représentations auprès de l’ensemble de la chaîne d’acteurs (élus, professionnels et citoyens), afin de s’inscrire dans une trajectoire positive et réaliste.

Les agences d’urbanisme se sont fortement engagées en travaillant sur les enjeux et leviers du ZAN. Une démarche a été initiée au sein de la Fnau pour apporter une contribution commune aux débats nationaux. Elle est également nourrie des échanges avec les services de l’État et les associations de collectivités du pôle Joubert.

Cet « Avis de la Fnau » fait ainsi état de 20 propositions concrètes pour tendre vers l’objectif du zéro artificialisation nette.

05 October 2020

Un état des lieux des nouvelles politiques territoriales de santé pour répondre à un défi d’envergure.

Les enjeux de santé sont devenus une préoccupation prioritaire des Français et ils s’affirment comme un pivot des politiques urbaines et d’aménagement du territoire. Nos concitoyens sont aujourd’hui en attente d’un environnement sain et ils sont devenus exigeants, à juste titre, vis-à-vis de tous les facteurs qui peuvent influer sur leur santé, tant dans leur cadre de vie que dans l’équité de leur accès au système de soins. Cette évolution nous invite à mettre les personnes au cœur des politiques publiques, qu’il s’agisse de prendre en compte les besoins spécifiques des différentes populations – personnes âgées, jeunes, femmes –, qu’il s’agisse de l’accès à l’offre de soins, dont on mesure à quel point le système actuel atteint ses limites et doit être repensé dans de nouveaux modèles, enfin, qu’il s’agisse de la manière de construire un urbanisme qui soit favorable à la santé, qui prémunisse des pollutions, incite à l’activité physique, atténue les effets du changement climatique et crée les conditions propices au « vivre ensemble ».

02 October 2020

.

22 September 2020

L'expertise agence

Consulter l'ensemble des fiches thématiques sur les savoir-faire comme

- Les missions d'observation
- Les missions sur le Plan Climat
- Le Schéma de Cohérence territorial ou les Plans Locaux d'Urbanisme
- Les Orientations d’Aménagement et de Programmation
- Les missions du jeune Public ou sur le Patrimoine
etc...

02 October 2020

Les chiffres clés 2019 de la commune de Steenwerck

Pour sa première édition en Flandre Intérieure, l’observatoire de l’immobilier commercial présente une analyse du tissu commercial de l’intercommunalité, recense l’immobilier de neuf communes, dont Steenwerck, identifiées dans le Schéma de Cohérence Territoriale Flandre et Lys et le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal, comme pôles de commerce majeur conjuguant une offre de centralité et/ou de périphérie. Le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) ambitionne en effet de renforcer les commerces de proximité et maîtriser les développements commerciaux périphériques. Sept communes sont également retenues dans le cadre de l’appel à projets régional « Redynamisation des centres-villes et
centres-bourgs ».

02 October 2020

Requalification de la Porte des Flandres à Nieppe

Dans le cadre de la mise en œuvre de son Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI), la Communauté de Communes de Flandre Intérieure (CCFI) a sollicité la réalisation d’une étude pré-opérationnelle pour la requalification et l’aménagement de la zone d’activités de la Porte des Flandres de Nieppe.
Cette étude s’inscrit dans la convention pluriannuelle 2019-2020 entre l’Agence d’Urbanisme et de Développement Pays de Saint-Omer Flandre Intérieure et la CCFI. Cette dernière est maître d’ouvrage du projet.

07 July 2020

Confinement et déconfinement "Vers une nouvelle organisation du travail"

Disposant d’une Charte de télétravail depuis 2016, l’Agence a vécu la période de confinement sous le signe d’un télétravail généralisé. Des outils numériques collaboratifs ont été mis en place afin de faciliter l’échange et le travail en équipe.

28 September 2020

Aménagement de la zone artisanale de Wallon-Cappel

Dans le cadre de l’élaboration du PLUI-H de la Communauté de Communes de Flandre Intérieure (CCFI), la création d’une zone artisanale a été fléchée sur la commune de Wallon-Cappel. D’une superficie de 4,6 ha, cette zone s’inscrit dans la stratégie de développement économique de la collectivité. La CCFI a de ce fait sollicité l’Agence pour réaliser une étude pré-opérationnelle ayant pour objectif de définir un scénario équilibré d’aménagement conciliant attractivité économique de la zone auprès des entreprises et respect du cadre de vie de la commune.

28 September 2020

Mobilité professionnelle dans le périmètre transfrontalier du programme européen TRANSMOBIL

Depuis 2018, l’Agence participe dans le cadre du projet Interreg TRANSMOBIL, réunissant différents partenaires belges et français, à la mise en place d’un pôle de connaissance transfrontalier. L’objectif de ce projet est d’améliorer l’information sur les politiques, habitudes, pratiques, services et besoins en matière de mobilité de part et d’autre de la frontière franco-belge. Dans ce cadre, une analyse des flux de déplacements domicile / travail a été menée lors d’une mission de stage au sein de l’Agence. Cette donnée est disponible uniquement de la France vers la Belgique. Côté français, le périmètre d’analyse de TRANSMOBIL comprend la Communauté Urbaine de Dunkerque (CUD), la Communauté de Communes des Hauts de Flandre (CCHF), la Communauté de Communes de Flandre Intérieure (CCFI), ainsi qu’une partie de la Communauté de Communes de Flandre Lys (CCFL) (4 communes sur 8). Côte belge, il concerne le territoire frontalier de West-Vlaamse Intercommunale (WVI), dans la province de Flandre-Occidentale.